Saint Pabu : « Un projet complexe pour recentrer les lieux de vie » > Interview du maire Loïc Gueganton

22/06/2020

Saint Pabu : « Un projet complexe pour recentrer les lieux de vie » > Interview du maire Loïc Gueganton

Les élus de Saint-Pabu redessinent leur commune autour d’un centre-bourg en pleine mutation. Un programme en cascade et un véritable coup de frais pour la commune, pensés dans le cadre d’un vaste plan d’aménagement de la « perle des Abers », comme l’explique le maire Loïc Gueganton.

Comment la construction de la nouvelle école s’intègre dans le renouveau de votre commune ?
La ville de Saint-Pabu manque de densité, il n’y a pas vraiment de centre-bourg. Par exemple, le complexe sportif placé loin des écoles coûte 28 000 € à la commune ! C’est le prix des déplacements en car pour transporter les enfants au sport ou à la garderie… À côté de la nouvelle école, nous créons justement une salle multi-activités destinée prioritairement aux enfants, du public comme du privé. Dans le même périmètre, il y a aussi la cantine, la garderie, l’ALSH, la bibliothèque. Nous cherchons à centraliser les services de petite enfance, avec des accès par cheminements doux (piétons et vélos), afin de densifier le centre.

Pourquoi avoir choisi BMa pour mener ce projet ?
C’est une opération de renouvellement urbain qui s’avère lourde pour nous : nous avions déjà réalisé le pôle nautique, l’agrandissement de la salle de sport, mais rien d’une telle envergure. Nous avons lancé un appel d’offres et c’est BMa qui a été choisi. Xavier Bouteiller, le responsable d’opérations de BMa, est habitué à gérer ce type de dossier complexe et à tiroirs, il sait comment rester dans l’enveloppe financière et éviter les pièges… Nous avons appris beaucoup grâce à cette collaboration. Enfin, BMa, avec Energ’ence, nous ont aussi accompagnés sur les contraintes énergétiques : ils ont été très rigoureux tout en restant à notre écoute, ce qui nous a permis de classer notre école dans les 8 projets les plus performants sur plus de 800 présentés au programme de l’Ademe.

Justement, vous avez insisté sur le volet énergétique : panneaux solaires et récupération de l’eau de pluie pour les services techniques, bâtiment à énergie positive pour l’école… Pourquoi y attacher tant d’importance ?
Parce qu’il y a eu une véritable prise de conscience sur les enjeux climatiques, et que je pense que c’est à nous de montrer l’exemple. Saint-Pabu jouit par ailleurs d’un emplacement exceptionnel : un site magnifique avec la côte, l’espace dunaire, l’estuaire de l’aber Benoît… Un environnement préservé que nous devons protéger : chacun doit agir pour préserver ces grands équilibres et lutter contre le réchauffement climatique. Enfin, ces projets très vertueux d’un point de vue écologique et fonctionnel, sont aussi un atout pour la commune.

On note un parti pris architectural original.
Les bâtiments font le lien entre histoire et modernité. On réutilise les formes locales : la longère avec toit à double pente, le chaume sur la pente sud, tout en assurant la performance énergétique. Le cabinet d’architecture Guinée*Potin signe un très bel ensemble, homogène, et qui s’insère totalement dans son environnement. Et puis la cour d’école casse les codes : pas de terrain de foot central, mais plusieurs zones différenciées. De la pelouse avec bancs et tables, une aire de jeu, un petit terrain de sport décentré, un potager et des essences choisies pour illustrer le passage des saisons.

 

A lire : Ecole innovante et densification Saint Pabu réinvente son coeur avec BMa