Jacqueline Osty, paysagiste : Grand Prix de l’urbanisme 2020

16/12/2020

Jacqueline Osty, paysagiste : Grand Prix de l’urbanisme 2020

Jacqueline Osty, paysagiste, reçoit aujourd’hui 16 décembre le Grand Prix de l’urbanisme 2020. Elle a été choisie par un jury réuni autour du ministère chargé du logement. Formée à l’Ecole du Paysage de Versailles, Jacqueline Osty est la conceptrice de nombreux parcs et espaces publics, en France et à l’international, empreints d’une vision poétique de la nature.

A découvrir l’interview de Jacqueline Osty réalisé par Ariella Masbounji :

Pour présenter son œuvre, Ariella Masbounji et Antoine Petitjean co-rédigent « Scénographie des plaisirs urbains », publié aux éditions Parenthèses :

La sélection du Grand Prix de l’urbanisme 2020 montre combien l’urbanisme est devenu le lieu de toutes les expressions. Un lieu où le renouveau est à l’oeuvre pour relever les défis économiques, sociaux, environnementaux et sanitaires de notre époque, tout en prônant plus d’équité, de durabilité, de convivialité et de plaisir Ce message d’espoir bienvenu traverse quatre autobiographies scientifiques riches de leçons et de promesses. Si la voix de la paysagiste Jacqueline Osty, lauréate 2020, se distingue, elle n’est pas sans trouver un écho dans les travaux des trois nominés.
Jacqueline Osty, Grand Prix du paysage, pratique un art urbain source d’émerveillement pour les usagers. Empreints d’une poétique de la nature qui met en scène le spectacle des saisons, ses espaces publics comme à Amiens, Paris ou Pantin, sont des vecteurs d’imaginaire, de vivre-ensemble, de plaisir et de liens. Elle développe à Nantes et à Rouen une approche territoriale et urbanistique sensible, à la fois précise et poétique.
L’AUC – Djamel Klouche, Caroline Poulin et François Decoster – oeuvre autant à la régénération de grands ensembles et à la reconversion de friches industrielles qu’à la conception de nouveaux quartiers. Connue pour la vigueur de ses positions théoriques, l’agence se confronte à toutes les échelles sans jamais renier ses convictions.
Laurent Davezies, économiste, enseignant et auteur de nombreux ouvrages, travaille sur le développement régional et urbain, l’économie résidentielle et le rôle équilibrant de la redistribution au niveau national, révélant des mécanismes propres à bousculer les idées reçues sur les liens entre urbanisme et économie.
Jean-Marc Offner, chercheur en matière de mobilité, d’action publique locale, de gouvernance métropolitaine ou encore de planification, dirige l’A’urba (agence d’urbanisme Bordeaux-Aquitaine) depuis 2009. Sa spécificité : traverser les disciplines, les modes d’exercice, les temporalités, les postures et les échelles.

Le jury du Grand prix de l’urbanisme 2020 :

Présidente : Stéphanie Dupuy Lyon, Directrice générale de l’aménagement, du logement et de la nature (DGALN)
Frédéric Bonnet, Grand Prix de l’urbanisme
Alain Bourdin, chercheur et professeur à l’Ecole d’urbanisme de Paris, directeur de la Revue internationale d’urbanisme
Emmanuelle Cosse, consultante, ancienne ministre
Aurélie Cousi, directrice chargée de l’architecture, adjointe au directeur général des patrimoines, ministère de la culture et de la communication
Michel Desvigne, Grand Prix de l’urbanisme
Eric Chenderovky, directeur de l’aménagement, métropole de Strasbourg
Philippe Close, maire de Bruxelles
Kaye Geipel, rédacteur en chef adjoint de Bauwelt, Berlin
Claire Guihéneuf, directrice générale de Brest Métropole aménagement
Guillaume Hébert, Une fabrique de la ville, lauréat du palmarès des jeunes urbanistes
Antoine Loubière, rédacteur en chef de la revue Urbanisme
Ruth Marquès, présidente de section au Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD)
Laurent Miguet, journaliste au Moniteur
Delphine Négrier, Alphaville, lauréate du palmarès des jeunes urbanistes
Eric Piolle, maire de Grenoble
Jean Rottner, président de la Région Grand Est