Création d’une oeuvre picturale aux Capucins : peindre, colorer, collaborer

05/10/2020

Création d’une oeuvre picturale aux Capucins : peindre, colorer, collaborer

Sur le Plateau des Capucins, les artistes finistériens Margot Wendeling a.k.a. Bonjour Grisaille et Guillaume Pellay interviennent sur les nouveaux modules réalisés par l’Agence citoyenne de Design. Sur une partie de ces modules, ils composent à quatre mains une oeuvre picturale éclatée, inspirée par l’univers urbain, leurs influences esthétiques et graphiques, entre culture populaire et histoire de la peinture.

La réalisation de cette oeuvre a lieu à la vue de tou·te·s, sur le Belvédère Cesária Évora, célébrant l’art en train de se faire, la création contemporaine et la dimension participative de ces modules. En effet, à l’issue de cette première composition, les modules seront disposés dans les espaces publics du Plateau des Capucins et laissés en libre accès aux citoyen·ne·s désirant s’exprimer graphiquement.

Portfolio des artistes :

Les exercices de la peinture, de la lecture, de l’édition, de la danse ou de la cueillette de Guillaume Pellay (né en 1987, Brest – vit et travaille dans le Finistère rural) ne se font pas sur les mêmes modes. C’est du maintien et de la rencontre de ces pratiques qu’apparaissent les effets dynamiques et les récits qui font le coeur de son travail. Depuis quelques temps toutefois, certaines formes esthétiques ou autres gestes échappent à cette logique narrative pour s’assumer comme tels. Il est membre des collectifs Monstrare et ÒÒÒ – Die Drei. En 2013, il a créé, en collaboration avec Mathieu Julien, les Éditions Peinture dédiées à la documentation et la discussion des formes et pratiques du graffiti actuel. Depuis 2018, il travaille sur la série Silver Chrome en binôme avec Blaise Parmentier.

Margot Wendeling (née en 1990 – vit et travaille à Brest) est, entre autres activités, graphiste indépendante sous l’alias Bonjour Grisaille. Ses images, imprimées la plupart du temps en sérigraphie, sont construites à partir d’un répertoire iconographique varié qui mêle visuels trouvés dans des livres, photographies personnelles, éléments du quotidien, extraits divers et dessins occasionnels. Le texte, inventé ou emprunté, est souvent présent. Pour faire émerger de nouveaux récits à défaut de savoir raconter les histoires, et sans trop de fatalisme, faire avec – l’existant, le collectif, le mauvais temps, les moyens du bord, la falaise, le romantisme et le cynisme, avec la flemme et puis tout le reste.

Du 12 au 16 octobre 2020
Belvédère Cesária Évora

Informations : 02 98 43 34 95 / publics@cac-passerelle.com